images__3_

Vladimir est en apparence un collégien comme les autres, avec des problèmes propres à son âge : un professeur principal qui le surveille en permanence, une fille qui ne s'intéresse pas à lui mais à son meilleur ami, et une tante avec qui il doit négocier la permission de minuit ! Mais voilà, Vladimir n'est pas tout à fait comme les autres. Vladimir est un vampire. C'est pourquoi sa vie est un peu plus compliquée qu'il n'y paraît, surtout si la cantine n'est pas approvisionnée en sang frais. Heureusement qu'il y a Henry, son ami qui sait tout de lui. Un jour, un de ses professeurs disparaît. Le seul dont Vladimir se sentait proche. Les mystères se succèdent puisque l'adolescent découvre au dos d'une dissertation le message suivant : « Je connais ton secret ». L'adolescent se pose alors plein de questions : le nouvel enseignant sait-il qu'il est un vampire ? Est-il lié à la disparition de ses parents, morts dans un incendie ?

Un secret bien gardé est le premier tome d'une nouvelle série publiée en France aux éditions La Martinière Jeunesse. Les chroniques de Vlad Tod a beaucoup de succès dans le monde, notamment aux Etats-Unis. Au départ, ce roman est plutôt réjouissant. Le ton est décalé, Vladimir un anti-héros en puissance, maladroit, gaffeur, pas trop à l'aise dans ses baskets. Loin, très loin du beau et parfait Edward de Twilight (c'est moi qui le dis!). L'auteur renoue avec les vieilles croyances, tout en modernisant l'image du vampire. Pas mal. Mais voilà, le contenu ne suit pas. Le livre est bien trop vite lu, et on a comme l'impression que Heather Brewer se moque de ses lecteurs. Pourquoi l'avoir baclé ainsi ? Il y avait beaucoup à détailler, à expliquer. La mort des parents de Vlad, par exemple, est si peu abordée, les relations avec les filles, son attachement à son meilleur ami, son quotidien au collège, sa complicité avec sa tante méritent d'être davantage développés. L'intrigue est, par ailleurs, trop simpliste, trop prévisible. Pas de quoi s'agripper au livre.

Quel dommage ! Je m'étais bien attachée à Vlad, moi ! Et puis voilà que l'histoire est déjà finie. Lorsque la suite paraîtra, j'aurai tout oublié, sans nul doute. L'éditeur nous annonce sur la quatrième de couverture « action, suspense et humour ». Pas trop d'action, encore moins de suspense, mais pas mal d'humour, effectivement. C'est déjà ça, et ça fait du bien !

A partir de 13 ans.

Juliane