ENNEMIS

L’histoire se déroule à Londres. Le décor est effrayant, post-apocalyptique. Tous les adultes ont été infectés par une épidemie mystérieuse, décédant les uns après les autres ou devenant des zombies. Les trois quarts de la population mondiale ont finalement été anéantis. Les adultes sont devenus un danger ultime pour tous les enfants de moins de quatorze ans. Ils tentent de survivre, barricadés, livrés à eux-mêmes. Quand Maxie, Callum, Alex, P’tit Sam, Josh et le reste de la bande rencontrent Vince dit Magic-Man, pour la plupart d’entre eux, l’espoir renaît. Le jeune garçon leur apprend qu’à Buckingham Palace, ils sont plusieurs jeunes à bien vivre. Ils sont organisés : ils cultivent des fruits et légumes dans un jardin entouré de hauts murs, boivent l’eau du lac, et ont leurs propres gardes. Une mini société s’est développée. Presque tous vont tenter de rejoindre Buckingham. Mais le trajet comporte bien des risques…


Après les vampires, les loup-garous et les anges, de nouvelles créatures s’attaquent à la littérature de jeunesse : les zombies. La forêt des damnés a ouvert le bal, voici un nouveau roman aux éditions Pocket Jeunesse : Ennemis. Dans ce roman, on découvre Londres, ville complètement dévastée, dans un décor post-apocalyptique très bien décrit et vraisemblable. Beaucoup d’actions importantes du livre se déroulent dans des lieux connus londoniens. Dans une première moitié du livre, l’histoire est centrée sur la bande d’Alex, qui tente de survivre. On apprend beaucoup d’éléments sur l’épidémie. Les enfants s’interrogent sur la cause : une arme bactériologique ? Un virus ? La conséquence du réchauffement climatique ? Et puis, il y a les adultes. Qui se rapprochent de ce qu’on nomme des zombies, mais qui n’en sont pas réellement en fait, car ils ne sont pas des mort-vivants, leur maladie évolue différemment chez chacun, certains dévorent les enfants, d’autres se dévorent entre eux. Les personnages (et les lecteurs en même temps) tentent de comprendre. Puis, l’histoire évolue et se concentre essentiellement sur les relations qu’entretiennent les différentes bandes d’enfants. Et cela est très, très complexe. Une société s’est développée, il y a une hiérarchie et donc forcément des rivalités, ce qui peut mener au pire. On n’est pas loin de Sa majesté des mouches, de William Golding. L’impensable se produit et certaines scènes sont dignes d’un vrai film d’horreur. Certains personnages importants meurent et ce n’est pas très fréquent en littérature de jeunesse. Ames sensibles s’abstenir !


Ennemis est un livre effrayant, entre roman d’épouvante et roman psychologique. Les fans de Gone de Michael Grant, également aux éditions Pocket Jeunesse, pourraient sans nul doute aimer ce titre-là même si, il faut bien l’avouer, ce roman de Charlie Higson est moins puissant. Il reste cependant diablement efficace pour un public averti.

Juliane