"Carbon diaries 2015″ est le premier roman de la romancière britannique Sacy Llyod. C’est un roman d’anticipation, oui, mais il se déroule dans un futur extrêmement proche puisqu’il nous plonge dans l’Angleterre de 2015. Après la grande tempête qui a dévasté le pays, le gouvernement britannique a décidé de prendre des mesures environnementales, une première en Europe. Ainsi, chaque citoyen doit rationner sa consommation en carbonne, ce qui bouleverse leur quotidien. Pour Laura Brown, 16 ans, il est difficile de mener une vie d’adolescente normale dans de telles conditions. Finis les bains chauds, les heures passées à téléphoner ou à surfer sur internet et finies aussi les répétitions avec son groupe de musique punk. Pour déverser sa colère et ses sentiments, Laura décide de tenir un journal intime dans lequel on suit jour après jour les bouleversements qui touchent le Royaume-Uni et plus particulièrement la famille Brown.

Roman catastrophe par excellence, « Carbon Diaries 2015″ fait grandement penser à un autre succès de librairie, la série « Chroniques de la fin du monde », également aux éditions Pocket Jeunesse. Saci Lloyd s’y démarque par sa touche très « british » en insérant dans son récit des pointes humour qui en fait toute l’originalité. L’héroïne ne plaira pas à tout le monde puisqu’elle est en soit le cliché de l’adolescente : hautaine, froide, raleuse, indécise. Ce qui est davantage intéressant, c’est le contenu de ce journal intime. Alors que les questions environnementales sont plus que jamais d’actualité, « Carbon Diaries 2015″ possède une dimension réaliste quelque peu effrayante. Tout est crédible grâce à une description minutieuse des conséquences de décennies de comportements irresponsables (épidémie de choléra, égouts bouchés, Grande Puanteur, inondations), des mesures prises (développement des énergies alternatives, économies) et du traffic qui en découle. L’ensemble de ces détails permettent d’oublier une certaine faiblesse d’écriture. Car si Saci Lloyd manie avec talent l’humour noir et satirique, elle n’arrive pas à éviter les éceuils d’un premier écrit et une dimension moralisatrice qui peut être agaçante. Gageons que ces faiblesses ne se retrouveront pas dans la suite qui s’intitulera "Carbon diaries 2017" et qui paraîtra aux éditions Pocket Jeunesse.

"Carbon diaries 2015″ est LE roman catastrophe par excellence. Mais il est plus que ça. C’est un journal intime dans lequel Sacy Llyod rajoute une pointe d’humour très british qui en fait toute l’orinigalité. À découvrir.

 

À partir de 13 ans

Juliane